Nous suivre sur le web
12 novembre 2009

Coup de coeur musical pour le folk de Beirut (bis)

Image de prévisualisation YouTubeImmense coup de coeur pour la musique pop-folk du groupe new-yorkais Beirut et son talenteux et très jeune chanteur-compositeur Zach Condon (23 ans seulement !), connus grâce au tube de 2007 “Nantes” issu du second album “The Flying Club Cup”… … … et qui a sorti en 2009 son troisième album-2 CD “March of The Zapotec (& Real People- Holland : New Recordings From The State of Oaxaca)” assez surprenant par des compositions dans l’ensemble plus électroniques, du moins au synthétiseur (en fait le deuxième disque de ce fourre-tout marketing plus que musical est un melting-pot de ses premiers morceaux expérimentaux de jeunesse, tout juste ressortis des archives personnelles du musicien, cela dit il mérite tout de même le détour)…

(Zach Condon en enregistrement)

(Zach Condon en enregistrement)

Né dans l’Etat du Nouveau-Mexique (Santa Fe, Albuquerque…) en 1986, issu d’une famille de musiciens professionnels, le jeune Zach a commencé la musique dès l’âge de 15 ans, d’abord dans le style électronique, sous le nom de groupe The Real People…

Puis après un voyage dans la vieille Europe et les Balkans (dont il tombe amoureux de la musique populaire, notamment celle des orchestres tziganes tels que le fameux Koçani Orkestar, ou encore la fanfare de Goran Bregovic, le compositeur de B.O. de films du serbe Emir Kusturiça, lui-même musicien avec son groupe The No-Smoking Orchestra venu au Printemps de Bourges voici quelques années), il sort son 1er abum officiel “Gulag Orkestar” en 2006, à l’âge de 20 ans tout juste !

Comme le génie britannique Mike Oldfield avec son premier chef-d’oeuvre instrumental “Tubular Bells” en 1973 (20 ans lui aussi à l’époque !), Zach Condon compose et joue alors seul tous les instruments : trompette et tuba, ukulele et mandoline, accordéon, percussions… … …
Belle performance et joli travail de mixage pour ce petit bijou pop-folk qui nous fait voyager dans toute l’Europe de l’Est et la Méditerranée, avec des titres aux noms évocateurs (”Bratislava”, “Prenzlauerberg” du nom d’un quartier de la ville de Berlin, “Mount Wroclai”, “Postcards From Italy”…).

En 2007 son second album (avec cette fois un réel groupe composé de 5 ou 6 personnes) est encore une réussite, “The Flying Club Cup” est cette fois un hommage à la France, avec des titre tels que “Nantes”, “Cherbourg”, “Cliquot”, “La banlieue”, “la Fête” (Forks & Knives) ou encore “Un dernier verre” (pour la route !)… Mais malgré tout on sent toujours dans ses orchestrations l’influence balkanique (et parfois mexicaine avec des intonations de trompettes dignes des fanfares mariachis, comme c’est surtout le cas avec le 1er CD du dernier album, exemple avec le morceau “La Llorona” dont le titre évoque une légende mexicaine… Je conseille aussi du même nom “La Llorona”, 1er album de la chanteuse américano-mexicaine Lhasa de Sela).

(pochette du 2ème album de 2007)

(pochette du 2ème album de 2007)

Voix intense de crooner, romantisme et lyrisme des orchestrations, Beirut est un groupe qui transporte réellement l’auditeur vers des contrées lointaines, avec une émotion à fleur de peau : à découvrir d’urgence !!!
Notamment sur leur Myspace ou ici en écoutant quelques titres de “Gulag Orkestar” et l’inédit “Elephant Gun” (tiré du EP de 2006 “Long Gisland”, voir le superbe clip officiel ci-dessus) sur le site officiel : http://beirutband.com/.

Sont disponibles à la médiathèque de St-Florent (et sur demande auprès de la DLP du Cher) : “The Flying Club Cup” de Beirut. – Ba Da Bing ! Records, 2007 (070.2 BEI) ; “La Llorona” de Lhasa. – Tôt ou tard, 1997 (055.2 LHA)…

A quand la venue de Zach Condon et Beirut au Printemps de Bourges ???

 
 

4 commentaires

  1. isabelle rondeaux a dit, le 13 novembre 2009 à 20:24

    Coup de coeur partagé pour ce groupe qui nous emmène en voyage à l’ouest, à l’est, etc. Et je ne parlerais pas de la voix du zeune Jack, euh, du jeune Zack. Si j’en parlerais en fait : crooneuse à souhait, l’émotion aux commissures, un charme désuet irrésistible. Rien que ça !

  2. stef18 a dit, le 14 novembre 2009 à 14:06

    Ah, je vois, Madame est groupie ! A ce propos, je me demande si c’est pas vous Isabelle, qui m’aviez demandé par téléphone un exemplaire supplémentaire du roman “La Théorie du panda” pour votre café-lecture de la médiathèque voici quelques mois…

  3. isabelle rondeaux a dit, le 20 novembre 2009 à 12:37

    Bonjour !
    Non, ce devait être ma collègue… mais c’est bien moi qui présentait ce beau roman noir de Pascal Garnier. Il a suscité de nombreuses remarques du public, contrastées, intéressantes et le plus souvent positives, un vrai plaisir partagé, en somme. Je suppose que vous l’avez lu, et son dernier, vous le connaissez aussi, Lune captive dans un œil mort, Zulma, 2009 ?! Dans le même esprit, mais en plus ensoleillé… un peu plus décalé aussi.
    Je profite que vous évoquiez le club-lecture pour refaire l’annonce de la venue de Marie-Sabine Roger le jeudi 26 novembre à partir de 19 h à la médiathèque pour son détonnant roman la Tête en friche. Et vous invite aussi à venir nous voir pour les rencontres du club-lecture, ouvertes à tous ! (voir le site de la médiathèque http://mediatheque.ville-bourges.fr ou là : http://chermedia.com/categorie/vivre-les-bibliotheques/page/3/
    A bientôt et bonne journée !
    Isabel

  4. isabelle rondeaux a dit, le 20 novembre 2009 à 12:39

    oups, j’ai fait une erreur : 2008, c’est l’année de parution de la Théorie du Panda (et pas 2009)
    merci de corriger…

Commenter